Accueil > Le Sud-Loire avance > ÉCOLE DE LA DEUXIEME CHANCE

ÉCOLE DE LA DEUXIEME CHANCE

fontsizeup fontsizedown

On sait combien la société française souffre de l’échec scolaire. Chaque année, 150 000 jeunes (15 à 20% d’une classe d’âge) sortent du système scolaire sans aucune formation.

La gauche avait prévu dans son programme métropolitain de réagir à cette situation et de créer une école de la deuxième chance. Le conseil communautaire du 15 juin dernier a en conséquence approuvé l’adhésion de Nantes Métropole à l’association École de la Deuxième Chance de l’Estuaire de la Loire en qualité de membre fondateur.

L’école de la deuxième chance s’adresse à de jeunes adultes de 18 à 30 ans, sans diplôme, ni qualification. Le jeune adulte qui y entre s’engage à suivre un parcours en alternance d’une durée moyenne de 40 semaines, au rythme de 35h par semaine. Cette formation doit déboucher sur un emploi ou à une formation qualifiante, avec éventuellement un diplôme à la clef.

La démarche de l’élève représente un engagement volontaire. Sa réussite dépend en grande partie de son implication personnelle.

Le travail de cette école s’inscrit nécessairement dans une triple dimension :

- un ancrage territorial grâce à un partenariat entre les acteurs de la Cité, les institutions et les associations

- une ouverture aux entreprises parties prenantes de la formation dans le cadre d’un parcours en alternance.

- une innovation et une expérimentation pédagogique dans le champ de la formation des jeunes adultes.

L’étude de diagnostic sur la situation des jeunes « sans qualification » sur les territoires de Nantes métropole et de la CARENE sur Saint Nazaire a fait ressortir l’importance de la population de 18 à 25 ans concernée : 3 100 jeunes de niveau V bis et VI suivis par la Mission locale de la métropole nantaise en 2008 et 650 suivis par la Mission Locale de la région nazairienne. Les jeunes issus des quartiers prioritaires sont sur représentés (43% du public jeune pour la Mission Locale de Nantes Métropole).
Or 50% de ces jeunes étaient sans solution emploi ou formation en 2008 et la situation s’est fortement dégradée en 2009 du fait de la crise économique.

Il est donc temps de réagir. La Métropole a pris à bras le corps cette question démontrant une fois de plus le dynamisme des collectivités locales. La démonstration est aussi faite que la gestion de gauche est bien différente d’une gestion de droite.

Partager sur le net :

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?