Accueil > Tribunes libres > JUSTICE : LA PREUVE EST FAITE

JUSTICE : LA PREUVE EST FAITE

fontsizeup fontsizedown

La prison avant tout. C’est la seule politique gouvernementale en matière de justice.

Le passage de Mme DATI au ministère de la justice se résume à ce credo. Elle a fait voter les peines planchers pour les récidivistes (août 07). Elle a fait ensuite voter la rétention de sûreté c’est-à-dire l’enfermement après la prison (février 08). Elle a rempli les prisons au-delà du supportable (63 à 64 000 détenus pour 52 000 places). Elle a attisé toutes les colères et exploité tous les chagrins des victimes pour durcir toujours plus les condamnations.

Elle avait promis que la loi pénitentiaire viendrait adoucir la condition des prisonniers, en diminuer le nombre et rendre les prisons compatibles avec la dignité que mérite un pays démocratique (et riche) comme le nôtre. La loi devait également lutter contre la récidive en aménageant les peines et en encadrant les sorties de détention. Cette loi est attendue depuis septembre 2007.

 

Elle a été votée en mars au Sénat. Or elle vient d’être retirée de l’ordre du jour de l’assemblée nationale. Aucune date n’est prévue pour son examen.

La même semaine, le ministère de la justice a fait voter (discrètement) un amendement au Sénat repoussant la mise en œuvre de l’instruction faite par 3 juges au lieu d’un. Cette réforme avait été votée après la commission dite d’ Outreau et faisait la quasi unanimité. Elle devait s’appliquer le 01 janvier 2010 et les pôles de l’instruction qui la préfigurent ont déjà été mis en place.

Peu importent les erreurs judiciaires, peu importent les conditions de détention, peu importe la récidive induite par l’entassement carcéral et l’absence de contrôle à la sortie, peu importe le sort des victimes touchées par ces récidives il faut faire tourner la machine à punir et multiplier les annonces à la télévision. La preuve est faite de l’incapacité de la ministre à mener une politique sérieuse de lutte contre le crime. La ministre est en cause car elle a exécuté sans imagination les instructions venant de l’Elysée. Mais au-delà c’est le donneur d’ordre lui-même qui est en cause, c’est-à-dire le Président de la République.

Il faut en finir avec une politique qui date du 19° siècle.

Partager sur le net :

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?