Accueil > A l’Assemblée > PARIS ET JEUX EN LIGNE

PARIS ET JEUX EN LIGNE

fontsizeup fontsizedown

La réponse de la majorité présidentielle à l’explosion des sites de jeux en ligne sur Internet est d’une pauvreté désespérante.

Nous sommes confrontés à une explosion des sites de jeux sur Internet. En France les paris et les jeux de hasard sont interdits, sauf dérogation. Bénéficiant d’une dérogation, les casinos, le pari mutuel urbain (PMU qui gère les courses de chevaux), la Française des jeux (ex Loterie nationale) sont les seuls à pouvoir proposer des jeux d’argent. Le chiffre d’affaire de ces jeux légaux serait de l’ordre de 1 milliard d’euros. Mais Internet a permis la multiplication de sites de paris dits en ligne.

Ces sites illégaux brasseraient près de 3 milliards d’Euros et mettent à mal l’organisation française.
Il s’agit d’un domaine très sensible car les pouvoirs publics craignent tout à la fois, la dépendance des joueurs, les escroqueries des organismes de paris, le blanchiment et la main mise de maffias diverses sur le monde des jeux.

La commission européenne est très prudente sur le sujet. Elle s’est contentée d’adresser un avis motivé à la France lui reprochant son traitement des opérateurs étrangers. Elle ne s’oppose pas aux monopoles existant dans certains pays.

En réponse la majorité présidentielle propose la création d’une haute autorité indépendante chargée de réguler le marché. C’est d’une insuffisance criante. Aucun modèle économique n’est proposé alors que le texte prévoit la possibilité de paris sur les compétitions sportives.

Sur un sujet aussi explosif, il aurait été possible de renforcer le monopole de la Française des jeux, de lui confier la charge d’organiser ce marché, d’agréer des sous-traitants, de vérifier l’origine des fonds, de freiner la passion du jeu et de percevoir des redevances sur toute cette activité au profit de la collectivité.

Nous aurions même pu dégager un consensus politique sur cette organisation.

La pauvreté de la réponse gouvernementale est affligeante. Nous allons donc proposer de très nombreux amendements à ce projet de loi afin de faire valoir nos arguments et nos propositions.

Partager sur le net :

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?