Accueil > A l’Assemblée > ROMS ET ROUMAINS : APRES GRENOBLE, LES CHAMPS ELYSEES

ROMS ET ROUMAINS : APRES GRENOBLE, LES CHAMPS ELYSEES

fontsizeup fontsizedown

L’an dernier, à Grenoble, le président de la République s’en était vivement pris aux Roms qui séjournent en France. Cette année, le ministre de l’intérieur s’en prend aux délinquants roms et roumains qui sévissent à Paris. Certes, il faut réagir avec fermeté à l’encontre de toutes les délinquances.

Cependant il faut rappeler tout d’abord que l’accord franco-roumain de coopération judiciaire pour le rapatiement des mineurs a été annulé par le Conseil d’ État Français pour atteinte aux pouvoirs des juges pour enfants. Nous ne disposons donc pas de l’outil necessaire.

Ensuite, il faut dire et redire que l’interdiction de travailler qui pèse en pratique sur les citoyens roumains et bulgares est absurde.

En effet la France applique à ces nouveaux entrants dans l’Union Européenne une période de transition jusqu’au 1° janvier 2014.

Pendant cette période, les roumains et les bulgares peuvent séjourner en France mais n’ont le droit de travailler que dans 150 métiers dans lesquels il n’y a pas de personnel français (cette liste de 150 métiers vient d’ailleurs d’être réduite). De plus l’employeur est astreint au paiement d’une taxe de près de 800 € par contrat à durée indéterminée.

Il serait de bien meilleure politique d’autoriser ceux qui ont droit au séjour à travailler. Cela permettrait de faire le tri entre les citoyens honnêtes et les autres, des sévir plus efficacement contre ces derniers et d’éviter de jeter l’opprobre sur une communauté, ce qui est toujours maladroit.

Partager sur le net :

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?