Accueil > Tribunes libres > Travail le dimanche. Le débat n’est pas terminé !

Travail le dimanche. Le débat n’est pas terminé !

fontsizeup fontsizedown

Le 19 février j’ai participé à la maison des syndicats de NANTES à un débat organisé sur la question du travail du dimanche suite au vote de la loi permettant son extension.

Ce débat était organisé par des associations de consommateurs, la C.S.F. (confédération syndicale des familles), l’ASSECO CFDT, L’INDECOSA CGT.

Outre les organisateurs étaient invités à donner leur point de vue, Gérard ALLARD, conseiller général du canton de REZE BOUAYE, M. CADIOT de la chambre de commerce et d’industrie de NANTES SAINT NAZAIRE, M. LORY directeur de l’hypermarché Leclerc de BASSE GOULAINE et moi-même.

Tous les participants se sont déclarés opposés au travail du dimanche.

Les associations de consommateurs ont insisté sur l’importance d’avoir des loisirs et des relations sociales différentes de l’acte de consommer. Les syndicats ont insisté sur les contraintes que cela fait peser sur le personnel et l’impossibilité pour les salariés de refuser de travailler le dimanche en raison notamment de la faiblesse des salaires dans le secteur du commerce.

Le directeur de l’hypermarché a indiqué être opposé pour des raisons économiques. Il a précisé que 50 % de son chiffre d’affaires étaient réalisés pendant les vendredis et samedis. Ouvrir en plus le dimanche reviendrait à répartir ce chiffre d’affaires sur trois jours au lieu de deux avec comme conséquence l’obligation de payer les salariés un jour supplémentaire, d’éclairer et de chauffer le magasin.

Pour sa part, le représentant de la chambre de commerce a insisté sur la nécessité de dynamiser le commerce de centre-ville. Il a rappelé que le commerce de centre-ville ne représente que 18 % des achats faits dans l’agglomération alors que ce pourcentage atteint 25 % dans une ville comme Bordeaux. Il a rappelé également qu’avant d’ouvrir le dimanche les commerces de centre-ville devaient rester ouverts entre 12 et 14H00. Il a enfin simplement souhaité qu’un accord intervienne avec les syndicats de salariés pour que deux dimanches de décembre puissent être ouverts simplement l’après midi. Il faut d’ailleurs préciser que cette demande s’inscrit dans la dérogation exceptionnelle au repos dominical que peuvent accorder les maires depuis des années, dans la limite de cinq dimanches par an.

À l’issue de ce débat, j’ai pour ma part insisté sur les points suivants :


- D’abord il sera nécessaire en 2012 de revenir sur cette législation et de lutter contre l’extension du travail du dimanche ;


- Ensuite il faut impérativement renforcer à la fois les syndicats de salariés et également les syndicats de consommateurs et pour ces derniers mettre enfin en place une action juridique de groupe telle que nous l’avons proposé dans une loi défendue par Jean Gaubert à l’assemblée nationale ;


- Enfin il faudra mettre en place des cotisations sociales modulées avec un système de bonus - malus. Les entreprises qui réinvestissent une partie de leurs profits, qui ont une politique salariale et sociale de qualité, qui luttent pour ne pas dégrader l’environnement bénéficieront d’un bonus.

Évidemment l’adoption de ces mesures suppose que la gauche gagne en 2012, ce qui veut dire qu’il nous faut tous y travailler dès maintenant.

Partager sur le net :

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?