Accueil > Le Sud-Loire avance > Ateliers citoyens : une volonté partagée de faire la politique (...)

Ateliers citoyens : une volonté partagée de faire la politique autrement

Près de 500 citoyennes et citoyens sont venus participer en mai et juin derniers puis en octobre à cinq ateliers dans la circonscription. Cette envie de comprendre doit être un profond réconfort et une profonde exigence pour notre démocratie. Je vous propose ici un retour sur ces échanges riches.

fontsizeup fontsizedown

Notre pays est depuis plusieurs années profondément enfoncé dans une crise de confiance, une crise qui est tout à la fois politique, institutionnelle et morale. Le monde bascule dans une histoire dont nul ne décrypte tous les tenants et aboutissants, avec une globalisation économique dictée par des intérêts financiers aveugles, une urgence environnementale planétaire, une résurgence de conflits ultra violents, une Europe en panne de projet et de cohésion et une France qui se cherche plus que jamais. Les citoyens ne font plus confiance aux élus, les institutions ne font plus autorité, l’efficacité des politiques publiques est questionnée, l’abstention et le vote d’extrême-droite progressent de concert, etc.

Face à cette défiance collective, à ces doutes sur notre avenir, nous devons trouver les moyens d’une nouvelle organisation de notre délibération collective. Alors que notre pays est marqué par un pouvoir exécutif fort, j’ai la conviction qu’une nouvelle alliance des Françaises et des Français avec leur Parlement est nécessaire et possible.

C’est pourquoi j’ai organisé, en tant que député, une série d’ateliers citoyens dans ma circonscription aux mois de mai et juin puis au mois d’octobre, afin de réfléchir ensemble à des solutions pour tenter de répondre à ces multiples crises de la démocratie, et à d’éventuelles réformes de nos institutions visant à replacer le citoyen au cœur de notre démocratie.

Je vous propose ici de vous faire un retour sur ce travail.

Lors des ateliers de mai et juin derniers, nous nous sommes interrogés sur la fonction de la loi et sur notre capacité à élaborer des normes communes, dans lesquelles nous nous reconnaissons collectivement. Les échanges avec et entre les citoyens ont confirmé le diagnostic d’une triple crise de la démocratie, politique, institutionnelle et morale. Les principales réflexions qui semblent partagées par toutes et tous :

1/ le manque d’information au profit de la communication,
2/ des lois devenant de plus en plus complexes,
3/ un dialogue difficile entre les élus et leurs citoyens,
4/ un poids des lobbies perçu comme étant de plus en plus important et inquiétant.

JPEG - 177.9 ko

Si des avancées réelles et concrètes ont été menées dans plusieurs domaines (transparence de la vie publique, non-cumul des mandats, mise en place de procédures participatives…), il reste encore du chemin à parcourir.

Les échanges ont permis de dégager des améliorations possibles de la vie politique française : mieux associer les citoyens à la définition du cap politique, encadrer le rôle et le poids des lobbies, assurer une meilleure représentation de toutes les classes sociales au Parlement, diminuer le nombre des députés, supprimer le Sénat, protéger les lanceurs d’alerte, etc.

JPEG - 191 ko

Lors du dernier atelier citoyen d’octobre, nous avons accueilli le ministre Thierry Mandon. Cela a été l’occasion d’échanger avec lui sur les leçons qu’il tire sur notre démocratie de son expérience au sein du pouvoir exécutif. Une de ses principales recommandations consiste à un rééquilibre des pouvoirs au profit du Parlement. Cela passe par une redéfinition du rôle du Président de la République, qui doit sortir de l’immédiateté et se concentrer sur quelques grandes priorités. Il lui semble également nécessaire de changer profondément la façon dont sont élaborées les politiques publiques, en donnant plus de temps à la préparation et moins de temps pour l’adoption, ce qui permettrait d’introduire de la participation citoyenne en amont.

De manière générale, les citoyens présents ont adhéré à ces propositions, la plupart d’entre eux déplorant le manque de vision de long terme, en particulier lors des campagnes présidentielles.

JPEG - 167.2 ko

Enfin, en tant que président de la Commission des lois, j’ai souhaité expérimenter une ouverture de la procédure parlementaire aux citoyens. Nous avons donc lancé aux mois d’octobre et novembre une consultation citoyenne portant sur l’évaluation de la loi sur l’égalité réelle entre les femmes et les hommes. Dans ce cadre, le rapporteur de la loi, Sébastien Denaja, est venu animer un atelier citoyen sur le sujet à Saint-Sébastien au mois d’octobre. L’occasion pour les citoyens présents de s’exprimer sur ce sujet d’égalité.

JPEG - 170.4 ko

À la suite de ce travail commun, nous pouvons élaborer ensemble des propositions concrètes pour un exercice des mandats parlementaires permettant une meilleure information et participation des citoyens.

Nous pouvons écrire ensemble des propositions juridiques de réformes institutionnelles pour renforcer le caractère démocratique de nos institutions.

Un meilleur équilibre entre les pouvoirs législatif et exécutif, pour faire reculer les excès de la fonction présidentielle, a besoin d’un parlement investi et renforcé par une citoyenneté exigeante, vigilante, et active !

Dans cet esprit, j’ai présenté au groupe socialiste de l’Assemblée nationale une note pour de nouvelles pratiques de nos institutions. Vous pouvez la retrouver ici.
Je vous invite à m’envoyer toutes vos contributions à draimbourg assemblee-nationale.fr

.

Retrouvez tous les PowerPoint des ateliers citoyens ici.

JPEG - 164.6 ko

JPEG - 117.1 ko

Partager sur le net :

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?