Accueil > Le Sud-Loire avance > NDDL : réponse à vos questions et ma position pour le Oui

NDDL : réponse à vos questions et ma position pour le Oui

À la suite de la diffusion du document de la CNDP la semaine dernière, j’ai reçu plusieurs questions de la part de citoyennes et citoyens. Je souhaite ici y répondre et vous présenter ma position en faveur du projet de transfert de l’aéroport vers Notre-Dame-des-Landes.

fontsizeup fontsizedown

Réponse à vos questions

À la suite de la diffusion du document de la CNDP la semaine dernière, j’ai reçu plusieurs questions de la part de citoyennes et citoyens. Ces questions se sont articulées autour de quatre grandes thématiques : le périmètre choisi pour la consultation, l’impartialité de la CNDP, l’accessibilité limitée du document de la CNDP ainsi que le caractère non-contraignant de la consultation. Je veux ici y répondre.

Sur la question du périmètre de la consultation, celui-ci a été fixé par l’État à l’échelle du département de Loire-Atlantique. Cette décision a fait l’objet de débats et de réflexion. L’aéroport qui serait construit et celui qui serait remplacé sont sur l’échelle administrative du département et c’est donc pour cette raison-là que le périmètre a ainsi été défini. En tout état de cause, c’est la décision qui a été prise par l’État, même s’il est bien évident qu’il n’y a jamais de solution parfaite. Par ailleurs, le Conseil d’État a rejeté, lundi 20 juin, le recours déposé contre le décret du 23 avril relatif à la consultation des électeurs de Loire-Atlantique sur le projet de transfert de l’actuel aéroport nantais. Cette décision lève donc le doute quand à la possible illégalité de la consultation locale de ce dimanche 26 juin.

Pour répondre à la question sur la possible partialité de la Commission Nationale du Débat Public, il me paraît important de rappeler les éléments suivants : la CNDP est une autorité administrative indépendante ; ses membres sont indépendants de l’État et du gouvernement et sont donc hors de portée de pressions ou d’influences quelles qu’elles soient.

Par ailleurs, pour élaborer ce document, la CNDP a entendu tous les acteurs concernés par le projet et a recueilli tous les points de vue et arguments à la fois pour et contre le projet lors de 130 auditions. Elle a ensuite rédigé collégialement le document qui a donné lieu à 26 heures de débat. Ce document se veut donc impartial, neutre et honnête.

Vous m’avez interpellé également sur la question de l’accessibilité du document de la CNDP, préoccupation que je partage également. En effet, lors d’un entretien avec le Président de la CNDP, j’avais indiqué que je trouvais cela dommage et embêtant qu’un document physique ne soit pas distribué à tous les citoyens concernés par la consultation. La décision finale, pour des raisons de contraintes matérielles et de temps, a été celle d’un document consultable en ligne. Comme vous, je regrette cette décision et c’est la raison pour laquelle je fais tout mon possible pour diffuser ce document le plus largement possible.

Enfin, vous avez soulevé la question du caractère contraignant de la consultation citoyenne de ce dimanche 26 juin. Cette question est légitime. Pour des raisons juridiques complexes, il était impossible de procéder à un référendum sur le projet de transfert de l’aéroport actuel à Notre-Dame-des-Landes.

Cette consultation citoyenne sur un projet d’ampleur est une innovation démocratique importante, et pour qu’elle soit réussie, il faut que l’avis rendu soit suivi par le gouvernement. J’ai ainsi interrogé le Premier Ministre lors des questions au gouvernement cet après-midi, qui a confirmé que le gouvernement se tiendra à l’avis rendu dimanche soir : si le non l’emporte, le projet sera abandonné ; sinon, il sera engagé.

PNG - 544.1 ko
Retrouvez ma question au Premier Ministre lors des Questions au Gouvernement du 26 juin

Ma position : l’aéroport Grand-Ouest, un projet qui s’inscrit dans une logique de développement durable

L’aéroport actuel de Nantes-Atlantique arrive à saturation et ne répond plus aux normes internationales. La situation de l’aéroport au cœur de l’agglomération nantaise entraîne un survol à basse altitude de la métropole, posant un problème sérieux de sécurité et entrainant d’importantes nuisances sonores.

Le projet de transfert de l’aéroport vers Notre-Dame-des-Landes s’inscrit dans une logique de développement durable, basé sur les trois piliers écologique, social et économique.

Le projet de transfert s’inscrit dans une logique de développement économique pour la région et permet de répondre au dynamisme du Grand-Ouest. L’aéroport Grand-Ouest sera générateur d’emploi, et permettra d’accueillir et d’attirer plus de flux touristiques, économiques et logistiques. Par ailleurs, le projet d’aéroport est dimensionné pour donner au Grand Ouest une dimension européenne. L’objectif est de positionner l’Ouest comme une grande région européenne et de mettre un terme à son enclavement.

Le projet de transfert répond également à des considérations sociales. La fermeture de Nantes Atlantique ouvre 610 hectares pour la création d’activités, d’emplois et la réalisation potentielle de 6 300 logements en première couronne. Cela permettrait d’absorber une partie de la croissance démographique dans la première couronne de l’agglomération, facilitant l’inclusion sociale des nouveaux arrivants et limitant ainsi l’étalement urbain au-delà des limites actuelles de l’agglomération.

Enfin, le transfert de l’aéroport permettrait de préserver la zone naturelle du lac de Grand-Lieu, classé en zone Natura 2000. Par ailleurs, l’aéroport Grand-Ouest est conçu pour être efficace dans son utilisation et que son bilan environnemental soit le meilleur possible : l’empreinte carbone d’un passager du nouvel aéroport sera trois fois inférieure à celle d’un passager actuel de Nantes Atlantique. Le projet de transfert a donc une dimension écologique forte avec la préservation du lac de Grand Lieu et la mise en place de liaisons directes en transports en commun jusqu’à l’aéroport.

JPEG - 34.9 ko
Vidéo de la COCETA présentant les arguments pour le transfert de l’aéroport

Comme dans tout projet, lorsque l’on construit quelque chose (que ce soit une crèche ou un aéroport), on casse forcément un peu et on modifie la biodiversité. La question est donc de savoir quel est le meilleur compromis. Dans le cas de l’aéroport, je pense que c’est le transfert.

Partager sur le net :

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?